« Adopte un veuf »

Adopte un veuf : Affiche

Et donc, à peine sortie du Livre de la jungle à 20h, il a fallu rentrer à pieds, manger et repartir aussi sec pour la séance de 20h30 voir « Adopte un veuf »!

J’en rêvais de me faire une soirée ciné, grâce à mon cinéma de village j’ai pu le faire (et grâce à mon n’amoureux qui gère la progéniture ^^)

Synopsis Allociné
Lorsqu’on est veuf depuis peu, il est difficile de s’habituer à sa nouvelle vie… C’est le cas d’Hubert Jacquin, qui passe le plus clair de son temps dans son immense appartement à déprimer devant sa télé. Un beau jour, suite à un quiproquo, sa vie va être bouleversée. 
Manuela, une jeune et pétillante baroudeuse à la recherche d’un logement s’invite chez lui ! D’abord réticent, Hubert va vite s’habituer à la présence de cette tempête d’énergie, qui parvient même à le convaincre de loger deux autres personnes. Entre les errements de Paul-Gérard que sa femme a quitté et les gardes à l’hôpital de Marion la jeune infirmière un peu coincée, la vie en colocation va réserver à Hubert de nombreuses surprises…

Le thème de la coloc’ (cf « ensemble c’est tout« , en livre ou film) une nouvelle fois visité. André Dussolier est très convaincant dans son rôle de veuf déprimé (dès la première scène on rit ^^).
J’ai été très agréablement surprise par Bérengère Krief que je ne connaissais que dans « Bref. » et dont j’avais vu quelques sketchs de son spectacle mais auxquels je n’avais pas adhéré plus que ça. Là je l’ai trouvée d’une fraîcheur et d’une pétillantanité (cherche pas, ça existe pas dans le dico) qui faisait du bien, le rôle de la tempête de jeunesse qui va  tournebouler la vie d’Hubert lui sied à merveille! (Pis elle avait une garde-robe et des coiffures, et des headbands et noeud-noeuds dans les cheveux de folaï)
J’y allais aussi pour voir Arnaud Ducret qui m’a fait mourir de rire dans son spectacle « Arnaud Ducret vous fait plaisir » et qui donne toute sa fantaisie, et malgré tout sa tendresse, au personnage de « PG », en pleine tourmente de la fin de son couple.
Le personnage de l’infirmière qui débute m’a semblé un poil en retrait mais c’est celui qui équilibre l’énergie de Manuela, la gaucherie de PG, et la rudesse feinte du veuf qui revient à la vie grâce à la réunion de ces 4 solitudes qui vont avancer ensemble.

C’est bien sûr plein de bons sentiments, on rigole beaucoup (merci la scène du sèche-cheveux!)  mais moi c’est ce qui me plaît et qui correspond à mon tempérament, donc j’ai passé un très bon moment!

Et vous, vous l’avez vu? Vous avez aimé?

« Le livre de la jungle »

Le Livre de la jungle : Affiche

Hier soir, mon p’tit cinéma de village passait deux films qui me bottaient!

Alors à la première séance, j’ai emmené #1 et #3 (#2 ayant préféré aller à son cours de tennis) voir « Le livre de la jungle ».

Synopsis Allociné:
A partir de 6 ans
Les aventures de Mowgli, un petit homme élevé dans la jungle par une famille de loups. Mais Mowgli n’est plus le bienvenu dans la jungle depuis que le redoutable tigre Shere Khan, qui porte les cicatrices des hommes, promet d’éliminer celui qu’il considère comme une menace. Poussé à abandonner le seul foyer qu’il ait jamais connu, Mowgli se lance dans un voyage captivant, à la découverte de soi, guidé par son mentor la panthère Bagheera et l’ours Baloo. Sur le chemin, Mowgli rencontre des créatures comme Kaa, un pyton à la voix séduisante et au regard hypnotique et le Roi Louie, qui tente de contraindre Mowgli à lui révéler le secret de la fleur rouge et insaisissable : le feu.

Là on connait déjà toute l’histoire, on a plus qu’à se laisser happer par les images très impressionnantes des animaux de la jungle qui en imposent un p’tit peu (le tigre fait un peu flipper sa mémé quand même!), il y a 2/3 scènes qui font sursauter, frisonner… du grand cinéma pour les mirettes!
Le petit d’homme est très bien joué, et a du passer le tournage à courir, un vrai marathonien!

Bref, nous nous sommes régalés, bien qu’il faille bien un câlin durant les scènes impressionnantes de la part de #3, histoire de regarder ça du coin de l’oeil, cachée dans les bras de Môman :)

Mention spéciale pour la voix de Lambert Wilson et la très célèbre chanson « Il en faut peu pour être heureux… »

Et vous, vous l’avez vu? Vous avez aimé? 

« Encore heureux »

Afficher l'image d'origine

Lorsque mon cinéma itinérant de village l’a proposé en programmation et à un horaire où je pouvais y aller, j’ai sauté sur l’occasion!

Synopsis:
D’accord, Marie est un peu fatiguée de l’insouciance de son mari Sam, cadre sup au chômage depuis 2 ans. D’accord, elle est très tentée de se laisser séduire par ce bel inconnu qui lui fait la cour. D’accord, il y a aussi le concours de piano de sa fille… Si cet équilibre dingue et léger tient à peu près debout, un événement inattendu jette toute la famille sur un chemin encore plus fou. 

On passe un excellent moment, Sandrine Kiberlain est magnifique, Edouard Baer barré et classe comme à son habitude, Benjamin Biolay ténébreux… Les enfants sont aussi très touchants et débrouillards, cette famille est très attachante. C’est drôle, c’est tendre et devinez qui a co-scénarisé? Hum? (Milie en mode hystérique au générique de fin ON): Nicolas Bedoooooooooooooooooooooos (Fin de l’hystérie).
Le thème du chômage, de la précarité, du quotidien difficile qui émousse les sentiments y est bien dépeint, du désespoir qui pousse à des actions qu’on aurait jamais osées dans d’autres circonstances pour retrouver la magie de « l’avant ».

Et vous, vous l’avez vu? Vous avez aimé?

« Chocolat »

En vacances, sans enfants, hop au ciné!

Je voulais voir « Chocolat » car le sujet m’intéressait (les injustices, les discriminations, tout ça tout ça…)

SYNOPSIS: 
Le clown Chocolat (Rafael Padilla) devient, dès 1886, le premier artiste noir de la scène française. Il forme un duo comique avec le clown blanc George Footit, dans lequel se côtoient un clown blanc, autoritaire, et un clown noir souffre-douleur.

Un super bon moment passé, l’histoire est poignante, révoltante, malheureusement faite des plus noirs (sans jeu de mots^^) côtés de l’être humain lorsqu’on s’en prend à Chocolat pour sa négritude (que ce soit de la dénonciation pour ses papiers ou de sa représentation en singe dans de la pub), compensé par tout ce qui fait l’humanité dans ses valeurs d’acceptation, de soutien, de solidarité lorsqu’il rencontre l’amour, ou lorsqu’on lui fait confiance pour un rôle au théâtre.

Omar Sy y est impeccable, comme à son habitude; et James Thierrée est une très agréable découverte, un bel Artiste qui se transforme dès que les vêtements de Footix le recouvrent, un vrai chewing-gum sur scène!

Je ne peux que vous encourager à aller le voir! Pour ceux qui l’ont vu, vous en avez pensé quoi?

« Demain »

Afficher l'image d'origine

Mon petit village d’amour a programmé le film « Demain » ce soir (ahahaha)(pardon). Hum.
Mon aîné ayant eu le livre du film pour Noël (merci Papa Noël), je l’ai embarqué avec moi pour qu’il voit de ses yeux tout ce qu’il lit de ses rétines.

Et paf, la claque.

Ce film/documentaire est un concentré de positivisme, de bonne humeur. En gros, tu rentres chez toi, t’as envie de planter de partout, chez toi, dans la rue pour faire comme les Incroyables Comestibles, tu veux aider ton voisin, tu veux soutenir l’agriculture locale, tu veux que ton village crée une monnaie locale, tu veux, tu veux, tu veux… te bouger!

Le film était tellement attendu ici que la petite salle était comble, Mr le Maire est venu et ça c’est super car ça prouve un intérêt sur la question du « comment mieux vivre ensemble et agir contre le changement climatique » et ça lui ouvre des pistes (le film était suivi d’un débat et Mr Le Maire a commencé à dire que des projets de plantations de légumes dans la commune était à l’étude… j’aurais aimé l’écouter plus mais à 23h il fallait coucher la génération future qui a collège demain)(et accessoirement moi aussi).

Nous avons vu des vues du Danemark et de Copenhague, pays cher à notre coeur, avec une grosse pensée pour mes soeurs et leurs familles là-bas, qui vivent dans une ville quasi autonome en énergie verte, avec plus de 60% de cyclistes/piétons; le modèle de création d’une société d’enveloppe française qui crée en réinvestissant dans l’entreprise, où chaque poste de dépense énergétique est réfléchi, optimisé; le tour de force d’un maire en Inde qui a réussi à investir les habitants de sa commune à créer ensemble le projet communal et faire vivre des castes différentes ensemble et qui s’entre-aident; le combat de la Finlande où les  habitants se sont rassemblés durant des mois tous les samedis pour faire démissionner le parlement et le directeur de la banque nationale, qui ont créé leur propre constitution et se battent pour la faire accepter par les élus, le modèle éducatif de la Finlande – où accessoirement on apprend le tricot (en plus de tout le reste et beaucoup plus encore dans le domaine manuel, des arts…), ce qui en fait un modèle éducatif très très très très très bien, moi j’dis hihihhihihih…

Le film ne fait pas que proposer une liste non exhaustive de solutions efficientes pour le changement climatique, il permet de relier chaque pôle: agriculture, économie, énergie, politique, société, éducation, l’un à l’autre, comprendre tout ce qui les relie et comment réfléchir à un nouveau mode de fonctionnement.

Je vous recommande dès demain de réserver vos places dans le cinéma le plus proche de vous, pour le voir ce week-end. C’est pas un ordre, mais quand même.
Et après vous revenez me dire en commentaire ce que vous en avez pensé, ce que vous faites, vous, pour agir à votre échelle, comme l’oiseau colibris qui a donné naissance au collectif du même nom.